mardi 3 octobre 2017

VOICI LE PLANNING DE DÉBARQUEMENT DES LÉOPARDS A CASA

Comme annoncé, une bonne frange des légation de l’Equipe nationale de football de la République démocratique du Congo, les Léopards, ont effectivement quitté Kinshasa aux petites heures de ce lundi 2 octobre 2017 pour un stage au Maroc, avant le match du samedi 7 octobre contre la Libye à Monastir, en Tunisie. Cette fois-ci, les Fauves du Grand fleuve Congo ont préféré la forêt de El Jadida Mazagan à celle, traditionnelle de Maâmoura, au Centre national de football de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), pour y aménager leur tanière avant l’assaut contre les Chevaliers de la Méditerranée de la Libye.
En dépit des deux de la sélection initiale de de Flo, Jordan Ikoko et Jacques Maghoma, blessés, tout le reste de l’effectif atterrit en grappes à l’aéroport Mohameed V de Casablance. Il a été signalé en passant que Jordan Ikoko a été remplacé par Arnold Nkufo de Sétubal au Portugal tandis que Jacques Maghoma par Chikito Lema Mabidi du Raja de Casablanca au Maroc.
Ce dernier, Chikito Lema Mabidi ,est du reste avec les 4 joueurs venus du pays en l’occurrence Ley Matampi Vumi, Nathan Mabruki, Djos Issama Mpeko et Glody Ngonda Muzinga. C’est dans la soirée de ce lundi 2 octobre que le gros du groupe rejoindra le sitre de regroupement, le Pullman El Jadida Royal Golf et non plus Rabat comme par le passé. Neeskens Kebano, Joël Kiassumbua, Gaël Kakuta et Arnold Nkufo y étaient déjà au moment où nous mettions en ligne…
Ci-dessous, le planning des vols de toute la délégation des Léopards tel qu’établi par les service de la grande Agence de voyage de Kamel, Voyages El-Djazaire de Paris, partenaire de la FECOFA.

Jerry Gérard-Désiré ANGENGWA AGBEME, Media Officer de la FECOFA-RD CONGO

La RDC vers une probable participation?


-
Le Kenya ayant été désavoué par la Confédération africaine de football (Caf), de l’organisation de la 5ème édition du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2018 suite à son retard concernant la construction et la réhabilitation de ses infrastructures sportives. A cela il faut joindre la tension socio-politique.
La RDC tenante du titre pourrait être récupéré pour défendre son trophée au cas où le Maroc et la Guinée Equatoriale accueilleraient la compétition en lieu et place de l’Ethiopie aussi candidate.
Après le retrait du Kenya par la CAF pour abriter le prochain CHAN, l’organe faîtier du football africain était à la recherche des pays candidats.
La date butoir du 30 septembre à dater du 24 septembre étant dépassée, trois pays ont postulé pour abriter cette compétition continentale à savoir le Maroc, la Guinée Equatoriale et l’Ethiopie. Aucun de ces trois pays n’a encore organisé le championnat réservé uniquement aux joueurs évoluant dans leurs pays. L’identité du prochain pays hôte sera connu le dimanche 15 octobre prochain.
LE MAROC ARCHI FAVORI
Le Maroc suite à ses infrastructures qui répondent aux normes internationales est archi favori.
Le Royaume chérifien se porte candidat pour la Coupe du monde de football en 2026, une première qui verra la participation des 48 nations.
La Guinée Equatoriale se porte aussi candidate .Elle a co-organisé la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) avec le Gabon en 2012.
Le pays de Théodoro Obiang Nguema Mbasogo a in extremis sauvé la CAN 2015 suite à l’épidémie d’Ebola qui frappait les pays de l’Afrique de l’Ouest. Il vient donc se mettre en ordre utile dans cette bataille pour l’organisation du Chan 2018.
Si les deux pays évoqués supra sont retenus à la fin de cette semaine pour accueillir la compétition, les Léopards de la RDC pourraient avoir la chance de défendre leur titre. En effet, le Maroc et la Guinée Equatoriale au cas où l’un d’eux serait l’hôte du CHAN 2018, il ne resterait qu’une seule place à pourvoir sur les seize, les deux étant déjà qualifiés.
Mais si l’Ethiopie remporte la bataille des titans, le chemin à se frayer pour le 12 janvier 2018 deviendra utopique pour les coéquipiers du capitaine Djo Issama Mpeko.
A noter que l’instance continentale avait également annoncé les candidatures de l’Egypte et du Ghana avant de se raviser.
Les fauves congolais sous la houlette de Mwiny Zehera étaient éliminés après la double confrontation face aux Diables rouges de la République du Congo au mois d’août dernier.
Le sélectionneur national fut ipso facto suspendu suite à cette contre-performance,0-0 à Brazzaville et 1-1 à Kinshasa. Le Chan débutera le 12 janvier 2018.
Wait and see ! 

Les 20 km de Paris: le bénévolat au service des coureurs

mediaLa tête de course des 20 km de Paris lors de l'édition 2016.20 km de Paris
Dans la capitale française, les gros événements sportifs sur route sont pratiquement tous organisés par des entreprises professionnelles, comme le marathon de Paris ou le semi-marathon. Une situation qui tranche avec le reste du pays où environ 160 courses de masse sont mises en place et gérées par des associations. Les 20 km de Paris, qui ont lieu le 8 octobre, reste un cas particulier.
Faire courir dans les rues de Paris près de 25 000 personnes reste un sacré casse-tête, et surtout depuis l’état d’urgence qui a découlé des attentats du Bataclan en novembre 2015.
1 200 bénévoles le jour J
C’est en 1979 que Michel Jazy, légende vivante de la course à pied, a l'idée de créer une grande course populaire à travers Paris. Pour cela, il s’appuie sur l’association sportive de l'Armée de l'air (ASCAIR), qui est chargée de son organisation en partenariat avec la mairie de Paris et le ministère des Sports. La première édition a réuni huit mille coureurs. Depuis, la popularité des 20 km de Paris ne s'est jamais démentie : le nombre de participants a été en constante augmentation. En 2009, vingt-sept mille inscrits avaient participé à la 31e édition célébrant le 30e anniversaire de la course.
Aujourd’hui, l’association « 20 Kilomètres de Paris » et son comité d’organisation d’une vingtaine de personnes prépare l’événement. Le jour J, ils ne sont pas moins de 1 200 bénévoles à faire en sorte que chaque coureur profite au maximum de sa journée. « C’est vrai, c’est de plus en plus compliqué, mais on se dit que l’on ne fait pas cela pour rien. A l’approche de la course, on n’oublie tous nos problèmes. L’association s’est entourée de professionnels, mais notre noyer dur est toujours bénévoles », raconte à RFI Didier Eck, président des 20 km de Paris.
Il poursuit : « Le plus compliqué est la sécurisation du parcours avec la procédure imposé par la préfecture de police. Déjà l’année dernière, nous avions renforcé le dispositif de fouille des coureurs, ce qui rallonge les temps d’attente. Nous avons demandé aux signaleurs d’être plus attentifs au placement des barrières. Le jour de la course, je fais confiance aux 1 200 bénévoles. » Les zones de départ et d’arrivée seront complètement fermées. Des pompiers de Paris seront à l’intérieur du peloton et pourront intervenir à tout moment.
De l'élite à l'amateur de course à pied
« Nous avons besoin de courses populaires. Cela reflète l’aspect sportif d’un pays et d’une ville, nous confie Florian Carvalho, spécialiste des courses de demi-fond (épreuves d'athlétisme d'une distance comprise entre 800 et 3 000 m, ndlr), qui s’attaque pour la première fois à un 20 km. Ces participants nous mettent en valeur, car ils se rendent compte, à travers leur expérience, que ce que l’on fait n’est pas anodin. Sans le sport de masse, on n’existerait pas. Je suis heureux de montrer le chemin à 30 000 personnes. Je sais que du premier au dernier, tout le monde est satisfait de franchir la ligne ». Florian Carvalho rêve désormais de courir le marathon lors des JO de Paris en 2024. Le Français Morhad Amdouni, champion d'Europe de cross par équipe, avait remporté l'édition 2016 en 59 min et 19 s.
L’édition des 20 km 2017 tourne autour du thème du street art. Les participantes pourront découvrir quatre zones d’animations. Elles sont maintenant 34% à prendre part à la course. Voir des jeunes courir les 20 km de Paris est une des nouvelles priorités de l’organisateur, tout comme faire en sorte que les touristes étrangers soient de plus en plus au rendez-vous. Ils composent actuellement 9% du peloton.
Si certains viennent chercher la performance, d’autres se déplacent en famille ou entre collègues de travail juste pour un moment d’amitié (150 entreprises seront représentées), peu importe le temps réalisé. Tous pourront profiter d’un parcours de rêve, avec les plus beaux monuments de la capitale sous leurs yeux. Comme la Tour Eiffel, le Grand Palais, la place de la Concorde ou encore l’Arc de Triomphe. Et pour récupérer de ces efforts, dès la ligne franchi, trois cents kinésithérapeutes seront mobilisés pour les soulager.

lundi 2 octobre 2017

Pamphile Mihayo salue la victoire du TP Mazembe sur Fus Rabat

L'entraineur du TP. Mazembe, Pamphile Mihayo au cours d'une conférence de presse. Photo Héritier Yindula

Le TP Mazembe a réalisé le strict minimum en battant le Fus Rabat (1-0) à Lubumbashi dimanche 1er octobre pour le compte de la demi-finale aller de la Coupe de la Confédération. Un résultat qui n’est pas si mauvais selon Pamphile Mihayo, coach du TPM. «Je l’ai dit avant le match, que nous allions mettre en place, une équipe capable de bien jouer et tenter de marquer beaucoup de buts. Nous n’avons marqué qu’un seul but, je suis content, c’est une victoire. Nous n’irons pas là-bas pour se faire marcher dessus»
Comment avez-vous trouvé l’équipe de Fus ?
C’est une bonne équipe ! Ils ont joué long sur les joueurs de grande taille, avec des déviations. Je félicite l’entraineur et les joueurs de Fus d’avoir fait ce résultat.
Pourquoi avoir reconduit le même onze de départ que celui qui a joué contre l’équipe soudanaise le week-end dernier ?
C’est par rapport à la préparation du match. J’ai vu que ces garçons-là, étaient capables d’être à fond d’entrée commencer le match et d’être à fond d’entrée.
Vous vous reprochez quoi personnellement ?
J’ai vu que le milieu n’a pas bien tourné, nous allons nous préparer pour aborder ce match différemment lors du match retour.  
Est-ce que vous êtes déçu de ce résultat ?
Je ne suis pas déçu. Je suis content du résultat. J’ai gagné, je n’ai pas perdu cet après-midi. Vous savez, je me rappelle qu’à l’époque, Bamenda nous a éliminés. Tout peut arriver dans un match de football, il faut seulement y croire.
Vous ne craignez pas cette cassure de trois semaines due à la trêve internationale ?
C’est vrai que beaucoup des joueurs partent en sélections. Mais, beaucoup vont revenir au plus tard le 9 octobre. Nous aurons près de 10 jours pour préparer cette rencontre.
Qu’aurez-vous à corriger pour le match retour ?
Nous n’avons pas bien joué en première période à cause de notre milieu qui n’était dans le match. Vous avez vu qu’en seconde période, nous étions bien en place. Mais en face, il y avait un très bon gardien. Il a fait son match, bravo à lui !
Nous allons travailler sur la finition. J’ai confiance en mes joueurs.

Jordan Ikoko et Jacques Maghoma déclarent forfaits

Jacques Maghoma, milieu de terrain de l'équipe nationale de football de la RDC. Photo Wikimedia Commons.

Jordan Ikoko et Jacques Maghoma, convoqués par le sélectionneur Florent Ibenge pour affronter la Libye lors de la 5e journée des éliminatoires du Mondial 2018 à Monastir en Tunisie, déclarent forfaits.
Selon le site officiel de la Fédération congolaise de football association (FECOFA), les deux internationaux blessés seront remplacés par Arnold Nkufo (Sétuba/Portugal) et Chikito Lema Mabidi (Raja Casablanca/Maroc).
Par ailleurs, certains joueurs quittent Kinshasa lundi 2 octobre 2017 (3heures) pour un stage à Rabat(Maroc) avant le match du samedi 7 octobre 2017. Florent Ibenge sera accompagné, outre des membres du staff technico-médical, de l’intendance, de la sécurité et de média, des joueurs Nathan Mabula Mabruki (Daring Club Motema Pembe) et Glody Ngonda Muzinga (V.Club).
Issama Mpeko et Matampi Ley, ainsi que le 2eme sélectionneur adjoint, Pamphile Mihayo Kazembe, tous de Mazembe rejoindront Rabat le même lundi 2 octobre 2017.
Les internationaux congolais évoluant en Europe arriveront lundi 2 août au Centre national de football Maâmoura de la Fédération royale marocaine de football (FRMF). 
Ci-après la nouvelle liste complète des 23 joueurs sélectionnés par Florent Ibenge:
Gardiens de buts :
 1.Joël Kiassumbua / FC Lugano
 2.Nathan Mabruki / Dcmp 
3.Matampi Ley /TP Mazembe
Défenseurs :
4.Issama Mpeko / Mazembe
 5. Arnold Nkufo (Sétuba/Portugal)
6.Marcel Tisserand / Wolsfburg
7.Gabriel Zakuani / Gilligam
8. Moke / Konyaspor
9.Fabrice N’Sakala / Alanyaspor
10.Glody Ngonda / Vita club
Milieux de terrain :
11.Chancel Mbemba / Newcaslte
12.Bope Merveille / Standard de liège
13.Christian Luyindama / standard de liège
14. Chikito Lema Mabidi (Raja Casablanca/Maroc).
15.Neeskens Kebano / Fulham
16.Paul-José Mpoku / Standard de liège
17.Gaël Kakuta / Amiens SC Football
Attaquants :
18.Jordan Botaka / Saint trond
19.Junior Kabananga / Astana
20.Chadrac Akolo / Sttugart
21Cédric Bakambu / Villareal FC
22.Jonathan Bolingi /Royal Excelsior Mouscron
23.Firmin Mubele / Stade Rennais FC

vendredi 29 septembre 2017

Mazembe privé de Coulibaly, Miché, Mputu et Kanda

Kinshasa-
Moussa Faki Mahamat
Coup dur pour les corbeaux de Lubumbashi. Pour sa demi-finale aller de la Coupe de la confédération de la CAF prévue ce dimanche 1er octobre 2017 dans son temple de Kamalondo, le TP Mazembe devra se faire sans son défenseur axial Salif Coulibaly, son milieu de terrain Mika Miche, ses deux latéraux Deo Kanda A Mukok et Given Singuluma ainsi que son attaquant vedette Mputu Trésor.

Au moins 4 de ses cadres ne seront pas de la partie pour ce match très décisif contre la formation de la capitale marocaine. Pamphile Mihayo ne se contentera que de son effectif de 21 joueurs. Le même qu’il possédait contre Al Hilal la semaine dernière. Ce, pour tenter de devancer les Marocains dans la course à la finale.
Car l’infirmerie n’a libéré aucun blessé ni malade. Tous sont irrécupérables. A l’exception de Given Singuluma absent pour des raisons familiales, Salif Coulibaly, Mika Miché, Trésor Mputu et Deo Kanda vont poursuivre pour les uns leur guérison et les autres des séances de réathlétisation.
YAW FRIMPONG REJOINT SES COEQUIPIERS
Le seul récupéré de Mihayo est Yaw Frimpong absent du groupe lors de la dernière rencontre contre Al Hilal Obeid (5-0). Toutefois, ces absences ne coûteront pas trop cher à l’équipe chère à Moïse Katumbi. Selon Daniel Adjei, le collectif passe au dessus des individualités : « Aujourd’hui, tous nos supporteurs savent que notre force est le collectif. A côté de ce que reflète l’équipe, il y a évidemment toujours des individualités qui permettent de faire la différence lors de chaque match. Ce dimanche face aux Marocains, on va devoir mettre du sérieux comme on l’a bien fait face aux Soudanais… Nous avons un groupe de qualité qui est prêt à relever des grands défis, à l’image de ce qu’on a montré dimanche dernier », a déclaré le ghanéen.
DEUX EQUIPES QUI SE CONNAISSENT BIEN
Ce sera une 15ème demi-finale dans l’histoire du TPM en inter-clubs. Sur les 15, on compte 7 Ligues des Champions dont 5 gagnées et deux finales perdues. Deux Coupes de la Confédération dont une finale perdue.
Mais en parlant des confrontations directes TP Mazembe-FUS de Rabat, nous en serons à une 4ème. Le club de Lubumbashi passe en tête avec deux victoires contre une des sociétaires de Fath Union Sport de Rabat.
La première rencontre remonte à la Super Coupe de la CAF en 2011. Les deux clubs s’étaient renvoyés dos à dos par un score nul vierge à l’issue du temps réglementaire au stade Kibassa. Il fallait départager les deux équipes aux tirs au but. Robert Kidiaba tirait le dernier penalty et permettait aux siens de s’imposer 5-4.
En 2013, FUS et Mazembe logent dans le groupe B de la C2. A l’aller à Kamalondo, le TP Mazembe l’emporte 3-0. Au match retour à Rabat, le TP Mazembe a courbé l’échine par 2-0 pour l’équipe locale.

Vclub ne reconnait pas le transfert de Taggy Agiti Etekiama dans DCMP

Patrick Banishayi, secrétaire général de l'AS V Club le 23 octobre 2011. Radio Okapi

L’Association sportive Vita Club de Kinshasa, ne reconnait pas avoir cédé Taggy Agiti Etekiama dans Daring Club Motema Pembe (DCMP). Pour son secrétaire, Patrick Banyinshayi, le joueur est encore sous contrat avec son équipe.
«Nous ne sommes pas au courant de ce qui se dit. Nous avons été surpris de suivre par la voie des ondes que Taggy Etakiama aurait signé dans DCMP. C’est un haut responsable qui l’a annoncé», a affirmé Patrick Banyinshayi.
Le secrétaire général de l’As VClub, a précisé que Taggy Agiti Etekiama a signé du 20 janvier 2013 au 20 janvier 2018.
«S’il veut aller ailleurs, l’équipe le lui autorisera. Que l’équipe qui voudrait l’acquérir n’a qu’à venir frapper à la porte et on va négocier», a conseillé M. Banyishayi.
Il dit ne pas comprendre pourquoi DCMP a annoncé la signature d’Etekiama sans contacter l’administration de Vita club.
«Etekiama, est au jour d’aujourd’hui, le joueur de Vita Club. Si le joueur leur aurait dit qu’il n’est plus dans Vclub, quel mal aurait été de nous contacter ?» s’interroge le secrétaire général du DCMP.
Pour Jérôme Ntangu, conseiller à la coordination assumant l’intérim de président de coordination du DCMP, le transfert s’est effectué «selon les normes.»
Il a indiqué qu’Etekiama s’est engagé avec DCMP pour deux saisons.