mardi 3 octobre 2017

VOICI LE PLANNING DE DÉBARQUEMENT DES LÉOPARDS A CASA

Comme annoncé, une bonne frange des légation de l’Equipe nationale de football de la République démocratique du Congo, les Léopards, ont effectivement quitté Kinshasa aux petites heures de ce lundi 2 octobre 2017 pour un stage au Maroc, avant le match du samedi 7 octobre contre la Libye à Monastir, en Tunisie. Cette fois-ci, les Fauves du Grand fleuve Congo ont préféré la forêt de El Jadida Mazagan à celle, traditionnelle de Maâmoura, au Centre national de football de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), pour y aménager leur tanière avant l’assaut contre les Chevaliers de la Méditerranée de la Libye.
En dépit des deux de la sélection initiale de de Flo, Jordan Ikoko et Jacques Maghoma, blessés, tout le reste de l’effectif atterrit en grappes à l’aéroport Mohameed V de Casablance. Il a été signalé en passant que Jordan Ikoko a été remplacé par Arnold Nkufo de Sétubal au Portugal tandis que Jacques Maghoma par Chikito Lema Mabidi du Raja de Casablanca au Maroc.
Ce dernier, Chikito Lema Mabidi ,est du reste avec les 4 joueurs venus du pays en l’occurrence Ley Matampi Vumi, Nathan Mabruki, Djos Issama Mpeko et Glody Ngonda Muzinga. C’est dans la soirée de ce lundi 2 octobre que le gros du groupe rejoindra le sitre de regroupement, le Pullman El Jadida Royal Golf et non plus Rabat comme par le passé. Neeskens Kebano, Joël Kiassumbua, Gaël Kakuta et Arnold Nkufo y étaient déjà au moment où nous mettions en ligne…
Ci-dessous, le planning des vols de toute la délégation des Léopards tel qu’établi par les service de la grande Agence de voyage de Kamel, Voyages El-Djazaire de Paris, partenaire de la FECOFA.

Jerry Gérard-Désiré ANGENGWA AGBEME, Media Officer de la FECOFA-RD CONGO

La RDC vers une probable participation?


-
Le Kenya ayant été désavoué par la Confédération africaine de football (Caf), de l’organisation de la 5ème édition du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2018 suite à son retard concernant la construction et la réhabilitation de ses infrastructures sportives. A cela il faut joindre la tension socio-politique.
La RDC tenante du titre pourrait être récupéré pour défendre son trophée au cas où le Maroc et la Guinée Equatoriale accueilleraient la compétition en lieu et place de l’Ethiopie aussi candidate.
Après le retrait du Kenya par la CAF pour abriter le prochain CHAN, l’organe faîtier du football africain était à la recherche des pays candidats.
La date butoir du 30 septembre à dater du 24 septembre étant dépassée, trois pays ont postulé pour abriter cette compétition continentale à savoir le Maroc, la Guinée Equatoriale et l’Ethiopie. Aucun de ces trois pays n’a encore organisé le championnat réservé uniquement aux joueurs évoluant dans leurs pays. L’identité du prochain pays hôte sera connu le dimanche 15 octobre prochain.
LE MAROC ARCHI FAVORI
Le Maroc suite à ses infrastructures qui répondent aux normes internationales est archi favori.
Le Royaume chérifien se porte candidat pour la Coupe du monde de football en 2026, une première qui verra la participation des 48 nations.
La Guinée Equatoriale se porte aussi candidate .Elle a co-organisé la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) avec le Gabon en 2012.
Le pays de Théodoro Obiang Nguema Mbasogo a in extremis sauvé la CAN 2015 suite à l’épidémie d’Ebola qui frappait les pays de l’Afrique de l’Ouest. Il vient donc se mettre en ordre utile dans cette bataille pour l’organisation du Chan 2018.
Si les deux pays évoqués supra sont retenus à la fin de cette semaine pour accueillir la compétition, les Léopards de la RDC pourraient avoir la chance de défendre leur titre. En effet, le Maroc et la Guinée Equatoriale au cas où l’un d’eux serait l’hôte du CHAN 2018, il ne resterait qu’une seule place à pourvoir sur les seize, les deux étant déjà qualifiés.
Mais si l’Ethiopie remporte la bataille des titans, le chemin à se frayer pour le 12 janvier 2018 deviendra utopique pour les coéquipiers du capitaine Djo Issama Mpeko.
A noter que l’instance continentale avait également annoncé les candidatures de l’Egypte et du Ghana avant de se raviser.
Les fauves congolais sous la houlette de Mwiny Zehera étaient éliminés après la double confrontation face aux Diables rouges de la République du Congo au mois d’août dernier.
Le sélectionneur national fut ipso facto suspendu suite à cette contre-performance,0-0 à Brazzaville et 1-1 à Kinshasa. Le Chan débutera le 12 janvier 2018.
Wait and see ! 

Les 20 km de Paris: le bénévolat au service des coureurs

mediaLa tête de course des 20 km de Paris lors de l'édition 2016.20 km de Paris
Dans la capitale française, les gros événements sportifs sur route sont pratiquement tous organisés par des entreprises professionnelles, comme le marathon de Paris ou le semi-marathon. Une situation qui tranche avec le reste du pays où environ 160 courses de masse sont mises en place et gérées par des associations. Les 20 km de Paris, qui ont lieu le 8 octobre, reste un cas particulier.
Faire courir dans les rues de Paris près de 25 000 personnes reste un sacré casse-tête, et surtout depuis l’état d’urgence qui a découlé des attentats du Bataclan en novembre 2015.
1 200 bénévoles le jour J
C’est en 1979 que Michel Jazy, légende vivante de la course à pied, a l'idée de créer une grande course populaire à travers Paris. Pour cela, il s’appuie sur l’association sportive de l'Armée de l'air (ASCAIR), qui est chargée de son organisation en partenariat avec la mairie de Paris et le ministère des Sports. La première édition a réuni huit mille coureurs. Depuis, la popularité des 20 km de Paris ne s'est jamais démentie : le nombre de participants a été en constante augmentation. En 2009, vingt-sept mille inscrits avaient participé à la 31e édition célébrant le 30e anniversaire de la course.
Aujourd’hui, l’association « 20 Kilomètres de Paris » et son comité d’organisation d’une vingtaine de personnes prépare l’événement. Le jour J, ils ne sont pas moins de 1 200 bénévoles à faire en sorte que chaque coureur profite au maximum de sa journée. « C’est vrai, c’est de plus en plus compliqué, mais on se dit que l’on ne fait pas cela pour rien. A l’approche de la course, on n’oublie tous nos problèmes. L’association s’est entourée de professionnels, mais notre noyer dur est toujours bénévoles », raconte à RFI Didier Eck, président des 20 km de Paris.
Il poursuit : « Le plus compliqué est la sécurisation du parcours avec la procédure imposé par la préfecture de police. Déjà l’année dernière, nous avions renforcé le dispositif de fouille des coureurs, ce qui rallonge les temps d’attente. Nous avons demandé aux signaleurs d’être plus attentifs au placement des barrières. Le jour de la course, je fais confiance aux 1 200 bénévoles. » Les zones de départ et d’arrivée seront complètement fermées. Des pompiers de Paris seront à l’intérieur du peloton et pourront intervenir à tout moment.
De l'élite à l'amateur de course à pied
« Nous avons besoin de courses populaires. Cela reflète l’aspect sportif d’un pays et d’une ville, nous confie Florian Carvalho, spécialiste des courses de demi-fond (épreuves d'athlétisme d'une distance comprise entre 800 et 3 000 m, ndlr), qui s’attaque pour la première fois à un 20 km. Ces participants nous mettent en valeur, car ils se rendent compte, à travers leur expérience, que ce que l’on fait n’est pas anodin. Sans le sport de masse, on n’existerait pas. Je suis heureux de montrer le chemin à 30 000 personnes. Je sais que du premier au dernier, tout le monde est satisfait de franchir la ligne ». Florian Carvalho rêve désormais de courir le marathon lors des JO de Paris en 2024. Le Français Morhad Amdouni, champion d'Europe de cross par équipe, avait remporté l'édition 2016 en 59 min et 19 s.
L’édition des 20 km 2017 tourne autour du thème du street art. Les participantes pourront découvrir quatre zones d’animations. Elles sont maintenant 34% à prendre part à la course. Voir des jeunes courir les 20 km de Paris est une des nouvelles priorités de l’organisateur, tout comme faire en sorte que les touristes étrangers soient de plus en plus au rendez-vous. Ils composent actuellement 9% du peloton.
Si certains viennent chercher la performance, d’autres se déplacent en famille ou entre collègues de travail juste pour un moment d’amitié (150 entreprises seront représentées), peu importe le temps réalisé. Tous pourront profiter d’un parcours de rêve, avec les plus beaux monuments de la capitale sous leurs yeux. Comme la Tour Eiffel, le Grand Palais, la place de la Concorde ou encore l’Arc de Triomphe. Et pour récupérer de ces efforts, dès la ligne franchi, trois cents kinésithérapeutes seront mobilisés pour les soulager.

lundi 2 octobre 2017

Pamphile Mihayo salue la victoire du TP Mazembe sur Fus Rabat

L'entraineur du TP. Mazembe, Pamphile Mihayo au cours d'une conférence de presse. Photo Héritier Yindula

Le TP Mazembe a réalisé le strict minimum en battant le Fus Rabat (1-0) à Lubumbashi dimanche 1er octobre pour le compte de la demi-finale aller de la Coupe de la Confédération. Un résultat qui n’est pas si mauvais selon Pamphile Mihayo, coach du TPM. «Je l’ai dit avant le match, que nous allions mettre en place, une équipe capable de bien jouer et tenter de marquer beaucoup de buts. Nous n’avons marqué qu’un seul but, je suis content, c’est une victoire. Nous n’irons pas là-bas pour se faire marcher dessus»
Comment avez-vous trouvé l’équipe de Fus ?
C’est une bonne équipe ! Ils ont joué long sur les joueurs de grande taille, avec des déviations. Je félicite l’entraineur et les joueurs de Fus d’avoir fait ce résultat.
Pourquoi avoir reconduit le même onze de départ que celui qui a joué contre l’équipe soudanaise le week-end dernier ?
C’est par rapport à la préparation du match. J’ai vu que ces garçons-là, étaient capables d’être à fond d’entrée commencer le match et d’être à fond d’entrée.
Vous vous reprochez quoi personnellement ?
J’ai vu que le milieu n’a pas bien tourné, nous allons nous préparer pour aborder ce match différemment lors du match retour.  
Est-ce que vous êtes déçu de ce résultat ?
Je ne suis pas déçu. Je suis content du résultat. J’ai gagné, je n’ai pas perdu cet après-midi. Vous savez, je me rappelle qu’à l’époque, Bamenda nous a éliminés. Tout peut arriver dans un match de football, il faut seulement y croire.
Vous ne craignez pas cette cassure de trois semaines due à la trêve internationale ?
C’est vrai que beaucoup des joueurs partent en sélections. Mais, beaucoup vont revenir au plus tard le 9 octobre. Nous aurons près de 10 jours pour préparer cette rencontre.
Qu’aurez-vous à corriger pour le match retour ?
Nous n’avons pas bien joué en première période à cause de notre milieu qui n’était dans le match. Vous avez vu qu’en seconde période, nous étions bien en place. Mais en face, il y avait un très bon gardien. Il a fait son match, bravo à lui !
Nous allons travailler sur la finition. J’ai confiance en mes joueurs.

Jordan Ikoko et Jacques Maghoma déclarent forfaits

Jacques Maghoma, milieu de terrain de l'équipe nationale de football de la RDC. Photo Wikimedia Commons.

Jordan Ikoko et Jacques Maghoma, convoqués par le sélectionneur Florent Ibenge pour affronter la Libye lors de la 5e journée des éliminatoires du Mondial 2018 à Monastir en Tunisie, déclarent forfaits.
Selon le site officiel de la Fédération congolaise de football association (FECOFA), les deux internationaux blessés seront remplacés par Arnold Nkufo (Sétuba/Portugal) et Chikito Lema Mabidi (Raja Casablanca/Maroc).
Par ailleurs, certains joueurs quittent Kinshasa lundi 2 octobre 2017 (3heures) pour un stage à Rabat(Maroc) avant le match du samedi 7 octobre 2017. Florent Ibenge sera accompagné, outre des membres du staff technico-médical, de l’intendance, de la sécurité et de média, des joueurs Nathan Mabula Mabruki (Daring Club Motema Pembe) et Glody Ngonda Muzinga (V.Club).
Issama Mpeko et Matampi Ley, ainsi que le 2eme sélectionneur adjoint, Pamphile Mihayo Kazembe, tous de Mazembe rejoindront Rabat le même lundi 2 octobre 2017.
Les internationaux congolais évoluant en Europe arriveront lundi 2 août au Centre national de football Maâmoura de la Fédération royale marocaine de football (FRMF). 
Ci-après la nouvelle liste complète des 23 joueurs sélectionnés par Florent Ibenge:
Gardiens de buts :
 1.Joël Kiassumbua / FC Lugano
 2.Nathan Mabruki / Dcmp 
3.Matampi Ley /TP Mazembe
Défenseurs :
4.Issama Mpeko / Mazembe
 5. Arnold Nkufo (Sétuba/Portugal)
6.Marcel Tisserand / Wolsfburg
7.Gabriel Zakuani / Gilligam
8. Moke / Konyaspor
9.Fabrice N’Sakala / Alanyaspor
10.Glody Ngonda / Vita club
Milieux de terrain :
11.Chancel Mbemba / Newcaslte
12.Bope Merveille / Standard de liège
13.Christian Luyindama / standard de liège
14. Chikito Lema Mabidi (Raja Casablanca/Maroc).
15.Neeskens Kebano / Fulham
16.Paul-José Mpoku / Standard de liège
17.Gaël Kakuta / Amiens SC Football
Attaquants :
18.Jordan Botaka / Saint trond
19.Junior Kabananga / Astana
20.Chadrac Akolo / Sttugart
21Cédric Bakambu / Villareal FC
22.Jonathan Bolingi /Royal Excelsior Mouscron
23.Firmin Mubele / Stade Rennais FC

vendredi 29 septembre 2017

Mazembe privé de Coulibaly, Miché, Mputu et Kanda

Kinshasa-
Moussa Faki Mahamat
Coup dur pour les corbeaux de Lubumbashi. Pour sa demi-finale aller de la Coupe de la confédération de la CAF prévue ce dimanche 1er octobre 2017 dans son temple de Kamalondo, le TP Mazembe devra se faire sans son défenseur axial Salif Coulibaly, son milieu de terrain Mika Miche, ses deux latéraux Deo Kanda A Mukok et Given Singuluma ainsi que son attaquant vedette Mputu Trésor.

Au moins 4 de ses cadres ne seront pas de la partie pour ce match très décisif contre la formation de la capitale marocaine. Pamphile Mihayo ne se contentera que de son effectif de 21 joueurs. Le même qu’il possédait contre Al Hilal la semaine dernière. Ce, pour tenter de devancer les Marocains dans la course à la finale.
Car l’infirmerie n’a libéré aucun blessé ni malade. Tous sont irrécupérables. A l’exception de Given Singuluma absent pour des raisons familiales, Salif Coulibaly, Mika Miché, Trésor Mputu et Deo Kanda vont poursuivre pour les uns leur guérison et les autres des séances de réathlétisation.
YAW FRIMPONG REJOINT SES COEQUIPIERS
Le seul récupéré de Mihayo est Yaw Frimpong absent du groupe lors de la dernière rencontre contre Al Hilal Obeid (5-0). Toutefois, ces absences ne coûteront pas trop cher à l’équipe chère à Moïse Katumbi. Selon Daniel Adjei, le collectif passe au dessus des individualités : « Aujourd’hui, tous nos supporteurs savent que notre force est le collectif. A côté de ce que reflète l’équipe, il y a évidemment toujours des individualités qui permettent de faire la différence lors de chaque match. Ce dimanche face aux Marocains, on va devoir mettre du sérieux comme on l’a bien fait face aux Soudanais… Nous avons un groupe de qualité qui est prêt à relever des grands défis, à l’image de ce qu’on a montré dimanche dernier », a déclaré le ghanéen.
DEUX EQUIPES QUI SE CONNAISSENT BIEN
Ce sera une 15ème demi-finale dans l’histoire du TPM en inter-clubs. Sur les 15, on compte 7 Ligues des Champions dont 5 gagnées et deux finales perdues. Deux Coupes de la Confédération dont une finale perdue.
Mais en parlant des confrontations directes TP Mazembe-FUS de Rabat, nous en serons à une 4ème. Le club de Lubumbashi passe en tête avec deux victoires contre une des sociétaires de Fath Union Sport de Rabat.
La première rencontre remonte à la Super Coupe de la CAF en 2011. Les deux clubs s’étaient renvoyés dos à dos par un score nul vierge à l’issue du temps réglementaire au stade Kibassa. Il fallait départager les deux équipes aux tirs au but. Robert Kidiaba tirait le dernier penalty et permettait aux siens de s’imposer 5-4.
En 2013, FUS et Mazembe logent dans le groupe B de la C2. A l’aller à Kamalondo, le TP Mazembe l’emporte 3-0. Au match retour à Rabat, le TP Mazembe a courbé l’échine par 2-0 pour l’équipe locale.

Vclub ne reconnait pas le transfert de Taggy Agiti Etekiama dans DCMP

Patrick Banishayi, secrétaire général de l'AS V Club le 23 octobre 2011. Radio Okapi

L’Association sportive Vita Club de Kinshasa, ne reconnait pas avoir cédé Taggy Agiti Etekiama dans Daring Club Motema Pembe (DCMP). Pour son secrétaire, Patrick Banyinshayi, le joueur est encore sous contrat avec son équipe.
«Nous ne sommes pas au courant de ce qui se dit. Nous avons été surpris de suivre par la voie des ondes que Taggy Etakiama aurait signé dans DCMP. C’est un haut responsable qui l’a annoncé», a affirmé Patrick Banyinshayi.
Le secrétaire général de l’As VClub, a précisé que Taggy Agiti Etekiama a signé du 20 janvier 2013 au 20 janvier 2018.
«S’il veut aller ailleurs, l’équipe le lui autorisera. Que l’équipe qui voudrait l’acquérir n’a qu’à venir frapper à la porte et on va négocier», a conseillé M. Banyishayi.
Il dit ne pas comprendre pourquoi DCMP a annoncé la signature d’Etekiama sans contacter l’administration de Vita club.
«Etekiama, est au jour d’aujourd’hui, le joueur de Vita Club. Si le joueur leur aurait dit qu’il n’est plus dans Vclub, quel mal aurait été de nous contacter ?» s’interroge le secrétaire général du DCMP.
Pour Jérôme Ntangu, conseiller à la coordination assumant l’intérim de président de coordination du DCMP, le transfert s’est effectué «selon les normes.»
Il a indiqué qu’Etekiama s’est engagé avec DCMP pour deux saisons.

Taggy Agiti Etekiama : «Je suis maintenant au sein du DCMP»

Le buteur de l'AS VClub, Taggy Etekiama au stade des Martyrs lors du match contre SC Rojolu. Radio Okapi/Ph. Caniche Mukongo

«Je suis maintenant dans DCMP», a tranché jeudi 28 septembre l’ancien attaquant de Vita club, Taggy Agiti Etekiama. Dans une interview accordée à Radio Okapi, il a indiqué que son contrat avec les Moscovites a pris fin.
Vclub dit ne pas reconnaitre ce transfert, alors que DCMP confirme que le transfert du joueur s’est passé selon les normes.
Le joueur indique qu’il est fin contrat avec Vclub et veut tenter sa chance ailleurs.
«Je remercie tous ceux qui m’ont soutenu, surtout mon président Tango fort [président de coordination de Vclub]. Merci pour le temps passé ensemble», a déclaré Etekiama.
Il a effectué sa première séance d’entrainement avec Daring, au stade des Martyrs, jeudi 28 septembre.
Etekiama a demandé à tous les supporters des Toupamaros d’être patients à son l’égard et de l’aider «à amener l’équipe en Afrique le plus loin possible.»
Meilleur buteur de Vclub avec 16 buts en Ligue nationale de football (LINAFOOT) sur le terrain et 6 en Coupe d’Afrique, Etekiama va retrouver dans l’attaque du DCMP Ricky Tulengi et Kazadi Kasengu.
L’international rwandais avait tenté sa chance au Koweït mais le test n’avait pas été concluant.

Affaire "Luyindama" : SM Sanga Balende accuse TP Mazembe de "maquillage" des comptes

-
Christian Luyindama Nekadio
Réagissant aux propos tenus par le manager du Tout Puissant Mazembe, Vincent Ngoyi, chargé de communication de Sa Majesté Sanga Balende de Mbuji-Mayi, se dit choqué et regrette qu’aucun argument technique n’a été avancé pour le contredire. Somme toute, il confirme avoir saisi la FIFA pour un arbitrage afin que son équipe rentre dans ses droits.
« Je suis très peiné d’avoir suivi la réaction du TP Mazembe. SM Sanga Balende a présenté les faits c’est-à-dire, comment nous nous sentons roulés dans l’affaire Luyindama. La Fecofa n’a pas agi à temps pour permettre à l’équipe de Mbuji-Mayi de rentrer dans ses droits. Aussi notre équipe a saisi la Fifa puisque ce n’est pas pour la première fois, mais la deuxième.
Le premier dossier était celui de Badibake où il ne nous avait versé que 20 mille dollars sur les 50 milles et cela depuis deux ans. Peut-être qu'ils sont en crise et qu’ils manquent d’argent... », a déclaré Vincent Ngoyi, chargé de communication de Sa Majesté Sanga Balende, qui depuis un moment, est résidant à Kinshasa
Ayant été surpris par la sortie médiatique du manager du TP Mazembe, Frédéric Kitengie, indique-t-il, pour qui il avait beaucoup d’estime, mais "j’ai été surpris par ses deviations linguistiques". "Vu mon éducation, je ne veux pas aller le chercher aussi bas. Je rappelle juste que SM Sanga Balende a suffisamment des preuves que Luyindama n’a pas été transféré pour 115 mille euros. TP Mazembe cherche à maquiller des comptes. En janvier 2017, le prêt avec option d’achat de Luyindama avait été rémunéré de 115 mille euros. C’est ces 115 mille euros que le manager a évoqué lors de sa conférence de presse. Et si Standard de Liège levait l’option d’achat, il devrait verser une autre somme d’argent dans la caisse du TP Mazembe. C’est cette enveloppe qui reste cachée jusqu’à ce jour pour contourner Sanga Balende et le fisc congolais. C’est de la maffia qui est pratiqué dans le monde du sport. Nous sommes désolés que le TP Mazembe se soit illustré de la sorte », regrette-t-il.
Et de confirmer ceci : « le joueur, lui-même a contacté Sanga Balende pour certifier que le montant n’était pas tel que présenté par l’autre partie. Déjà pendant la présélection de l’équipe nationale à Mbakono au Cameroun, Luyindama a affirmé au coach national qu'il prendra la direction de Standard et que Mazembe aurait déjà reçu une enveloppe. Et de quelle enveloppe Kitengie parle qui arriverait le 30 septembre ? Sanga Balende ne se laissera pas faire, nous irons jusqu’au bout avec le TP Mazembe dans cette affaire Luyindama pour démontrer que prochainement nous ne pourrons plus coopérer avec eux ».  
Pour Vincent Ngoyi, le manager du TP M n’a pas apporté les arguments techniques sur les faits présentés, mais il s’est plus versé dans les attaques personnelles.
Pour les analystes, ce conflit qui oppose les deux clubs congolais semble loin de trouver une issue, mais risque d'affecter négativement les performances de Christian Luyindama dans ses nouvelles couleurs de Standard de Liège.
Il convient de rappeler que l'ancien joueur du DCMP, Yemweni Ngidi Jean-Jacques, a été aussi victime du scénario similaire lors de son passage dans une équipe Suisse vers la décennie 90. Ce brouhaha avait paralysé l'athlète, jusqu'au point de le contraindre même de mettre une pause pour revenir au pays en attendant la fin des tiraillements.

jeudi 28 septembre 2017

Un camp d’entraînement à Kinshasa avant le Chalenge Hopes

Le Palais SPIN, situé dans la commune de Bandalungwa, sert de cadre, depuis le lundi 25 septembre dernier, à un camp d’entraînement destiné aux jeunes pratiquants du tennis de table. Une organisation de  la Fédération internationale de tennis de table/Afrique, région centrale.
Il s’agit des séances de correction des fondamentaux de la discipline et de préparation à au Chalenge Hopes, une compétition internationale leur ouverte qui se disputera dans la capitale  toute la journée de samedi . Le camp d’entraînement de septembre se déroule chaque jour de 9h00′ à 12h00′ et de 15h00′ à 17h00′. Il se termine le vendredi à 17 heures, une heure avant le tirage au sort du challenge Espoirs du week-end. Il est ouvert à 4 pongistes filles et à 8 garçons.
Ces 12 jeunes retenus pour la compétition réservée  aux pays d’Afrique centrale. Kinshasa attend ainsi des pongistes espoirs du Burundi, du Tchad, du Cameroun, du Gabon, de la République Centrafricaine et de la République du Congo/Brazzaville.Quant au Chalenge Hopes, il se dispute le samedi 30 septembre en deux tours. Le premier ira de 9h00′ à 12h00′ et le second se jouera de 14h00’à 15h30′. Les finales interviendront à partir de 16h00′. La compétition concerne les pongistes des deux sexes.

Par JC Lomboto

Frederic Kitengie réagit : « un footballeur ne se vend pas comme un carat de diamant »

Après avoir été accusé par la partie Sanga Balende, à travers son chargé de communication, le manager du TP Mazembe vient de tenir une conference de presse cet après-midi du mardi 26 septembre au cours de laquelle il rejette tout en bloc,  lâchant parfois des propos discourtois.
Frédéric Kitengie  reconnait avoir twitté au début de cette affaire « un footballeur ne se vend pas comme un  carat de diamant ».
Evoquant l’affaire du transfert de Christian Luyindama au Standard de Liège, Frédéric enseigne que « un footballeur, on le met d’abord en prêt, et puis on négocie sa valeur pour pouvoir le vendre correctement. Il faut avoir une politique de placer des joueurs pour mieux les vendre. Ce n’est pas votre produit que vous sortez de votre puit de diamant que vous vendez au premier négociant pour avoir l’argent ».
Et d’ajouter qu’il regrette que le chargé de communication de Sanga Balende affirme qu’aucun dirigeant de Mazembe prenait le téléphone pour en parler avec eux. « J’ai été navré d’écouter qu’il a cherché à contacter les dirigeants de Mazembe et qu’on ne répondait pas au téléphone. Le mois dernier, j’ai été recu par le gouverneur Ngoyi Kasanji pour lui expliquer le transfert de Luyindama. Je n’ai pas reçu un soit disant appelle d’un communicateur ou du gouverneur Ngoy Kansanji », affirme t-il.
S’agissant de la lettre adressée à la FECOFA, Kitengie rappelle le règlement sportif qui veut qu’on se taise après avoir introduit un recours. «  Ils ont écrit une lettre pour demander la médiation de la Fecofa au début du mois de septembre. Mais avant la réponse, il passe devant les médias pour dire du n’importe quoi. Dans le règlement du sport qui stipule que  lorsque vous avez introduit un recours, vous ne devez pas aller devant les médias pour évoquer le même sujet, vous l’ anéantissez vous-même en attendant la réponse de l’instance », rappelle Frederic Kitengie, manager du TP Mazembe de Lubumbashi.

Taguy Agity Etekiama signe pour deux saisons dans DCMP


Le buteur de l'AS VClub, Taggy Etekiama au stade des Martyrs lors du match contre SC Rojolu. Radio Okapi/Ph. Caniche Mukongo

L’ancien attaquant de Vita club, l’international rwandais, Taggy Agiti Etekiama a signé, mercredi 27 septembre, un contrat de deux ans avec le Daring club Motema Pembe (DCMP). L’information a été confirmée à Radio Okapi par Jérôme Ntangu, président par intérim du team vert et Blanc.
«Taggy Etekiama, a bel et bien signé ce soir au sein du Daring Club Motema Pembe», a confirmé Jérôme Ntangu, qui ajoute, que l’équipe avait besoin d’un joueur de sa trempe pour l’accompagner à la compétition africaine, dont le DCMP est engagé cette saison.
En fin de contrat, le Daring Club Motema Pembe a acquis le jouer dans les normes requises, a conclu Jérôme Ntangu.
Etekiama va retrouver dans cette attaque Ricky Tulengi et Kazadi Kasengu.
Il avait tenté sa chance au niveau de Koweït et le test n’avait pas réussi.

mardi 26 septembre 2017

FC Lupopo autorisé à participer à la nouvelle édition de la Coupe du Congo

Les joueurs de FC Lupopo lors de l'entrainement au stade TP Mazembe, la veille du derby contre Mazembe/ Ph TP Mazembe

Le FC Lupopo participera à la nouvelle édition de la Coupe du Congo 2017-2018. Dans sa décision publiée samedi 23 septembre, la Fédération congolaise de football association (FECOFA) a levé sa mesure de suspension, interdisant aux Lumpas de prendre part à cette compétition pour une durée de cinq ans.
L’instance faitière de football reprochait aux supporters et dirigeants de Lupopo un comportement anti-sportif, lors de la dernière Edition de la coupe du Congo, remportée par Maniema union de Kindu.
La FECOFA a aussi levé la suspension de six mois qui frappait Delphin Kikuni Yano, troisième vice-président de la Ligue Nationale de Football (LINAFOOT).
Il lui était reproché d'avoir présidé la réunion de désignation de l’arbitre Azanga Kalamba sanctionné et radié pour faute d’arbitrage lors du match SM Sanga Balende-CS Don Boscodans le cadre de la 12ème journée des play-offs du 22ème championnat national de foot.
Les griefs que Monsieur Kikuni n’avait jamais reconnus.

Moussa Marega, du National à la Ligue des champions

mediaMoussa Marega fête son second but face à Estoril, le 9 août 2017.MIGUEL RIOPA / AFP
Rien n’arrête plus Porto et son attaquant Moussa Marega. L’international malien connaît un début de saison tonitruant, commencé par un doublé. Après sept journées de championnat portugais, son compteur affiche cinq buts. Il devrait être titulaire face à Monaco mardi 26 septembre en Ligue des champions.


Une éclosion tardive, inattendue. Voilà ce qu’a vécu le Malien Moussa Marega au moment où il était arrivé d’Amiens, alors en National, en 2015 pour le championnat portugais. Après un bref intermède à l’Espérance de Tunis où il ne jouera pas la moindre minute (problèmes administratifs, ndlr), il débarque au Maritimo Funchal au mercato d’hiver. C’est là qu’il explose sous les ordres d’Ivo Vieira qui le place à la pointe de l’attaque. Après 16 buts en 34 matches, le FC Porto l’enrôle.
Une sacrée trajectoire
En prêt à Guimaraes (2016-2017), il s'impose et termine l’exercice avec 14 buts en 31 matches. Une trajectoire improbable pour ce joueur puissant qui était encore à 22 ans dans un club de Division d’Honneur à Evry. A cette époque, celui qui venait d’une famille nombreuse et modeste n’avait selon son entraîneur Oswald Tanchot, « ni pied gauche, ni jeu de tête ».
Aujourd’hui, grâce notamment à l’Aigle du Mali, Porto est installé en haut du classement portugais devant le Sporting. Moussa Marega a déjà planté cinq buts et fait une passe décisive en sept rencontres de Liga. Lors de la première journée, il avait doublé la mise face à Estoril (4-0).
« Il partait de loin, c’est une sacrée trajectoire », témoigne pour RFI l’ancien international malgache Johann Paul, qui a côtoyé Marega à Amiens. « Il allait vite et le plus marquant chez lui, c’était sa puissance. Mais il manquait de justesse et devait travailler tactiquement par rapport à son parcours. A l’époque, il était en plein apprentissage », ajoute-t-il à propos de ce joueur pas forcément « discret », mais pas non plus « exubérant ».
Alain Giresse : « J’ai aimé sa détermination et sa générosité »
« On ne sélectionne pas un joueur par rapport à son cursus, mais un joueur qui marque des buts. Avec Marítimo, il en inscrivait et c’est pour cela que je me suis intéressé à lui. Il nous fallait un attaquant. J’ai aimé sa détermination et sa générosité. Il a toujours fait son maximum et on ne peut rien lui reprocher », raconte à RFI Alain Giresse, ancien sélectionneur du Mali, qui avait appelé Moussa Marega en 2015. Pourtant, Marega et la sélection malienne n’ont pas eu l’occasion de briller lors de la CAN 2017 au Gabon.
L’Aigle du Mali devrait « continuer à progresser » selon Alain Giresse. Face à Monaco, il sera sans doute titulaire dans le couloir droit. L’amateur ignoré des centres de formation professionnelle joue désormais la Ligue des champions. Un parcours original pour celui que l’on surnomme Terminator.

États-Unis : des joueurs de football américain défient Donald Trump

Eli Harold, Colin Kaepernick et Eric Reid s'agenouillent durant l'hymne des États-Unis, le 25 septembre 2016 à Seattle. © Ted S. Warren/AP/SIPA
Aux États-Unis, des joueurs de football américain se sont agenouillés pendant l'hymne national au début des matches pour protester contre des propos outranciers de Donald Trump. Le président américain avait appelé à virer tous ceux qui effectuent ce geste symbolique de protestation contre le racisme, en les traitant de "fils de pute".
De nombreux joueurs de football américain ont posé un genou à terre le 24 septembre pendant l’hymne national avant des matches aux États-Unis. Un geste de défiance envers le président Donald Trump, qui a appelé à virer les sportifs qui ne respectent pas l’hymne national joué avant toutes les rencontres sportives aux États-Unis.
À l’été 2016, l’ancien joueur des 49ers de San Francisco, Colin Kaepernick, avait été le premier à s’agenouiller pour protester contre les meurtres de plusieurs Noirs abattus par des policiers blancs. Son geste avait provoqué un scandale national. Donald Trump aréactivé la polémique en s’en prenant violemment à lui, sans le nommer, lors d’un meeting le 22 septembre. « Est-ce que vous n’aimeriez pas voir un de ces propriétaires de NFL dire, quand quelqu’un manque de respect à notre drapeau : ‘Sortez-moi ce fils de pute du terrain, il est viré, viré’», avait-il asséné.
En guise de réponse, à Foxborough, dans l’État du Massachusetts, 15 joueurs des New England Patriots, champions en titre de la National Fotoball League (NFL), se sont agenouillés. Nombre d’entre eux se tenaient par les bras, dont la star de l’équipe, Tom Brady.
De leur côté, les joueurs des Pittsburgh Steelers ont eux décidé de rester dans leur vestiaire pendant l’hymne national dans le stade des Bears de Chicago.

Manque de respect « à notre drapeau »


Le président américain a ensuite expliqué dans un tweet le 24 septembre que le boycott des matches pourrait être une façon de se débarrasser de ces gestes qui sont autant de manques de respect « à notre drapeau et notre pays ». Pas sûr qu’il soit entendu.

jeudi 3 août 2017

Transfert: la France attend Neymar, l'Espagne gronde

mediaLe président de la Liga espagnole (LFP) Javier Tebas, à Singapour, le 23 mars 2017AFP/Archives
La France attend avec impatience Neymar, qui doit signer sous peu au PSG pour faire entrer le club et la Ligue 1 dans une nouvelle dimension. Un transfert du siècle que la Ligue espagnole tente de ralentir.
Attendu d'abord jeudi, l'attaquant brésilien devrait finalement atterrir à Paris vendredi, a appris l'AFP de sources aéroportuaires. Il pourrait être présenté vendredi et/ou samedi à la presse et aux supporters du PSG, selon les médias.
Transfert du siècle, car il fait plus que doubler le record actuel des 105 millions d'euros, hors bonus, dépensés à l'été 2016 pour le transfert de Paul Pogba de la Juventus Turin à Manchester United. Neymar, 3e au Ballon d'Or 2015, est considéré comme le joueur au plus grand potentiel sportif et marketing du monde.
Le feuilleton qui dure depuis la mi-juillet semble sur le point d'aboutir, surtout depuis que le joueur a fait ses adieux à ses coéquipiers du FC Barcelone et que son conseiller, Wagner Ribeiro, a affirmé que la clause libératoire des 222 millions allait être réglée et que le joueur serait présenté à Paris "sans doute en fin de semaine".
La France attend le prodige brésilien. Même Emmanuel Macron a salué son arrivée imminente: "C'est l'attractivité. Oui, c'est une bonne nouvelle", a dit le président de la République en visite sur la base de loisirs des Boucles de la Seine à Moisson (Yvelines), en compagnie de... Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG.
Le gouvernement se frotte les mains. Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin s'est réjoui à la perspective des "impôts" que Neymar "va pouvoir payer en France", jeudi sur France Inter, sans donner de montant sur les revenus fiscaux attendus par l'Etat.
- La Liga freine -
Côté sportif, Jean-Michel Aulas, patron de l'Olympique lyonnais, membre du comité exécutif de la Fédération (FFF) et un des hommes les plus influents du foot français, a félicité sur Twitter son homologue parisien "pour la réalisation de cette opération unique dans le monde", tout en se disant "très impatient de connaître le cout réel de l'opération".
"Même si l'arrivée de Neymar suscite des questions sur le coût réel, on félicite tous le PSG de +Nasser+. une immense opération de notoriété pour la L1", s'est-il félicité.
Mais un coup de théâtre est intervenu jeudi matin. "Nous pouvons confirmer que les représentants légaux du joueur se sont présentés à la Ligue pour y déposer (la somme de) la clause, qui a été rejetée", a affirmé un porte-parole de l'entité du football professionnel espagnol. Dans la procédure habituelle, c'est elle qui est censée recevoir les 222 millions d'euros pour les reverser ensuite au club qui libère son joueur, le Barça en l'occurrence.
Le président de la Liga, Javier Tebas, était monté au créneau ces derniers jours pour s'emporter contre le "dopage financier" dont bénéficierait le PSG grâce à son propriétaire, un fonds souverain du Qatar, annonçant son intention de saisir les autorités politiques (Union européenne) et sportives (UEFA).
"Par nos actions, nous n'avons pas l'objectif d'empêcher le transfert. Nos actions sont faites pour empêcher qu'on utilise la Liga comme un mécanisme pour une fin illicite", a-t-il précisé dans L'Equipe de jeudi.
La presse espagnole se montrait amère et sans pitié jeudi à l'encontre de l'attaquant brésilien. Neymar "s'en va pour l'argent. Seulement pour l'argent", a déploré, Sport, journal qui se consacre au Barça, dont la Une est barrée d'un énorme "Hasta nunca!" (A jamais!).
- PSG muet -
L'UEFA a pour sa part affirmé à l'AFP qu'elle étudierait les détails du transfert pour s'assurer que cela soit fait en accord avec le cadre du fair-play financier.
L'arrivée de Neymar au Barça, en 2013, en provenance de Santos (club mythique de Pelé), avait déjà versé dans la polémique. Son transfert, dont le montant définitif n'est toujours pas clair, a fait l'objet de plusieurs enquêtes judiciaires.
Le club espagnol a été condamné pour avoir camouflé au fisc une partie des coûts de la transaction. Il doit affronter prochainement un nouveau procès pour escroquerie et corruption entre particuliers, durant lequel seront également jugés Neymar et son père, Neymar Sr.
Reste également une histoire de prime à régler: le Barça a gelé auprès d'un notaire une somme de 26 millions d'euros qui devait revenir au clan Neymar cet été aux termes de la prolongation de contrat signée l'année dernière, jusqu'en... 2021.
Le PSG est, pour sa part, resté muet. Il s'est contenté de sous-entendus jeudi. Quand le latéral parisien Thomas Meunier a tweeté "Bon alors... ce scoop", le PSG lui a répondu avec le même symbole, puis en écrivant: "On attend encore un peu ?", avec le symbole d'un sablier accompagné de la mention "soon" (bientôt, en anglais).

La réussite des JO-2020 dépend de celle des jeux Paralympiques

mediaLa gouverneure de Tokyo Yuriko Koike s'exprimant devant le club des correspondants dans la capitale nippone, le 3 août 2017AFP
La gouverneure de Tokyo Yuriko Koike veut utiliser les jeux Paralympiques pour adapter sa ville à la population vieillissante du Japon et veut faire d'eux le critère de réussite ou non des JO-2020.
"Je veux faire des jeux Paralympiques le fondement de la réussite de l'événement dans son ensemble", a déclaré Mme Koike au cours d'une conférence de presse, disant avoir elle-même entrepris de se promener en chaise roulante dans un quartier de Tokyo pour juger de la difficulté de monter sur les trottoirs et de circuler sur des surfaces inégales.
"Quand on pense à l'avenir du Japon et de Tokyo, il est clair que de plus en plus de personnes auront besoin d'une chaise roulante ou d'une canne. Notre travail de préparation des jeux Paralympiques est destiné aussi à nous préparer au vieillissement de la population de Tokyo".
"C'est pourquoi Tokyo veut saisir l'occasion pour construire une ville bienveillante envers les personnes ayant un handicap ou des besoins particuliers", a-t-elle ajouté.
Cette question va se poser à Paris, a souligné Mme Koike, alors que la capitale française aux bâtiments et infrastructures historiques est quasiment assurée d'organiser les jeux de 2024.
"Paris est une ville qui existe depuis des siècles ce qui peut rendre difficile l'ajout de nouveaux éléments", a-t-elle déclaré. "Le vieillissement des populations urbaines est une question partagée par les pays développés, qui doivent y penser sérieusement".

CHAN 2018 : 7 joueurs rejoignent le groupe présent à Rabat

Le sélectionneur Léopards Chan de la RDC, Mwinyi Zahira, Photo Christian Mulumba Kalumba.
La sélection locale de football de la RDC va s’agrandir jeudi 3 août avec l’arrivée à Rabat, d’un groupe de sept joueurs : Matampi Vumi Ley, Djo Issama Mpeko, Mozeviko Veko, Lusiela Mande et Deo Kanda-a-Mukok partiront de Kinshasa, tandis que Schadrac Muzungu et Arsène Zola, vont rejoindre le groupe en partant d’Abidjan où ils ont pris part aux Jeux de la Francophonie avec les U20 congolais.

Pour Mwinyi Zahera, le sélectionneur des Léopards CHAN, son programme de travail n’a pas beaucoup été perturbé par les absents.
«C’est vrai qu’il y a deux ou trois joueurs qui sont supposés être dans le onze de départ (Issama, Matampi et Deo Kanda). Mais vous savez, on essaie de donner la chance à tout le monde, que chacun s’exprime à son meilleur niveau pour être titulaire dans cette équipe. Sérieusement, on n’a pas été perturbé du tout. D’ailleurs au regard des deux matchs livrés (Burkina Faso et Maroc), nous avons été tout simplement à la hauteur», a expliqué Mwinyi Zahera.
Pour le technicien congolais, le match amical contre l’US Tanger, club du championnat de première division du Maroc ( le 4 août), servira à mettre en place l’équipe type qui affrontera le Congo Brazzaville le 13 août à Pointe Noire dans le cadre du troisième et dernier tour aller des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations (Kenya 2018).

Jeux de la Francophonie: retour de la délégation congolaise

Combat de judo le 23/07/2012 au stade des Martyrs à Kinshasa, lors de la 8ème journée de l’Entente urbaine de Judo de Kinshasa (EUJUKIN). Radio Okapi/Ph. John Bompengo
La délégation congolaise aux 8èmes Jeux de la Francophonie a regagné le pays du mardi 1er août. Elle a été reçue en début d’après-midi par le Premier ministre, Bruno Tshibala, qui l’a félicitée pour les efforts consentis en terre ivoirienne.

Selon M. Tshibala, ces athlètes sont «des vaillants » qui ont su travailler, même si les moyens à leur disposition n’étaient pas suffisants.
La RDC termine à la 22ème place, sur un total de 45 pays participants, avec une médaille d’or au marathon et deux de bronze (judo féminin et lutte libre féminine).
La France est arrivée première de cette compétition sportive et culturelle, avec 22 médailles d’or, juste devant le Maroc. Le Canada troisième accueillera les 9e Jeux de la Francophonie en 2021.
Le groupe de plus de 110 personnes (athlètes, staff technique, artistes, dirigeants et accompagnateurs) était conduite par le Ministre des Sports, Papy Niango Izamiay Munshemvula, et son collègue de la Jeunesse et Initiation à la nouvelle citoyenneté, Maguy Kiala.

Le Brésilien Neymar nouvelle tête de gondole du PSG

mediaLe Brésilien Neymar a dit «adios» au FC Barcelone.LLUIS GENE / AFP
Ces dernières semaines, plusieurs médias avaient annoncé le départ imminent du Brésilien Neymar vers le PSG, propriété d'un fonds souverain qatari, prêt à payer les 222 millions d'euros de la clause libératoire de son contrat avec le Barça. Cette fois, le contrat mirobolant est en passe d'être signé. Neymar serait attendu vendredi 4 août à Paris.




Après plusieurs semaines des tractations et de rumeurs en tout genre, la star brésilienne Neymar va intégrer l'effectif du Paris Saint-Germain. L'attaquant de la Seleção, aura été le grand protagoniste du feuilleton des transferts de l'été, depuis que différents médias avaient annoncé que le PSG, propriété d'un fonds souverain qatari, était prêt à payer les 222 millions d'euros de la clause libératoire de son contrat avec le Barça. Une somme record après les 105 millions d'euros, hors bonus, dépensés à l'été 2016 pour le transfert de Paul Pogba de la Juventus Turin à Manchester United.
« Que veut-il ? Plus d'argent ou plus de titres ? »
Mercredi 2 août, après un passage en Chine pour sa promotion et une escale à Dubaï, le joueur de 25 ans avait quitté l’entraînement au Barça et avait dit au revoir à ses anciens coéquipiers.
Durant ce feuilleton, Neymar est toujours resté muet sur son avenir, quand d’autres prenaient la parole à sa place. Le défenseur du Barça Gerard Piqué, avait lâché sur ESPN: « Tout le monde le veut, mais il faut qu'il se décide en fonction de ses priorités. Que veut-il ? Plus d'argent ou plus de titres ? » Pour son dernier match sous le célèbre maillot « blaugrana », Neymar a remporté le premier classico de la saison face au Real Madrid (3-2).
« On attend, pour moi, c'est un joueur du Barça », avait martelé son entraîneur Ernesto Valverde. En réalité, le club catalan tremblait en coulisses alors que les rumeurs du départ de Neymar pour le PSG ne dégonflaient pas et qu'un certain fatalisme commençait même à poindre chez ses coéquipiers et dirigeants. La cote du Brésilien chez les supporters du Barça a largement dégringolé. Certains se sentent « trahis ».
La presse espagnole n’a pas été tendre avec lui. « Neymar part comme il est venu, d'embrouille en embrouille, et les poches pleines », estime El Pais, évoquant son transfert au Barça en 2011 qui a valu des poursuites en justice au joueur brésilien comme au club catalan.
Neymar « s'en va pour l'argent. Seulement pour l'argent », constate, amer, Sport, journal qui se consacre au Barça, dont la Une est barrée d'un énorme « Hasta nunca ! » (A jamais !).
Le FC Barcelone a même bloqué le paiement d’une prime de 26 millions d’euros à Neymar, dans l’attente de savoir si désormais le joueur le plus cher de l’histoire rejoignait le Paris SG. Dans le club de la capitale, Neymar devrait toucher 30 millions d’euros net par an de salaire (le double du Barça), sans compter la prime à la signature, l’argent des droits à l’image et les sponsors privés.
L'UEFA pourrait éplucher ce transfert record
Le président de la Ligue espagnole de football, Javier Tebas, avait annoncé dimanche 30 juillet à une radio qu'il allait saisir l'UEFA d'une plainte visant le Paris SG pour non-respect des règles de fair-play financier imposées aux clubs, dans le cadre d'un éventuel transfert de Neymar. L'organisation ne devrait pas agir avant le transfert officiel. « Le PSG ne peut avoir des comptes où les droits commerciaux du club dépassent ceux du Real Madrid ou du Barça... c'est impossible », avait déclaré Javier Tebas.
« Cela veut donc dire que le Qatar (propriétaire du club) injecte des fonds, en violant les règles de fair-play financier de l'UEFA et les règles en terme de concurrence de l'Union européenne et ça, on va le dénoncer », avait-t-il ajouté. « Il y a deux mois j'ai reçu à La Liga le président du PSG et je lui ai dit ce que nous allions faire et pour quelles raisons. Il s'est fâché et m'a dit qu'il ne comprenait pas pourquoi. La Liga doit défendre nos clubs dans ces situations », a-t-il aussi déclaré au journal Mundo deportivo.
Selon le site internet de l'ESPN, le Barça souhaitait également que l'ICFC, l'instance disciplinaire qui doit faire respecter le fair-play financier et a déjà sanctionné le PSG en 2014, se penche sur le montage financier de ce nouveau transfert. L’UEFA avait déjà imposé au PSG une sanction de 60 millions d'euros et des restrictions en termes d'inscription de nouveaux joueurs même si cette deuxième sanction avait été levée un an plus tard.
Avec le Barça, Neymar a remporté entre autres deux titres de champions d’Espagne, trois Coupes du Roi et une Ligue des champions. Un titre européen que Paris rêve de gagner avec lui.

Athlétisme: une Afrique du Sud ambitieuse aux Mondiaux 2017

mediaLe Sud-Africain Wayde Van Niekerk.REUTERS/Sergio Moraes/File Photo
L’Afrique du Sud aborde les Championnats du monde 2017 d’athlétisme (4-13 août à Londres) avec une délégation séduisante et ambitieuse, emmenée par le sprinteur Wayde Van Niekerk. La nation arc-en-ciel peut envisager une place sur le podium, au classement des médailles.
A la veille de l’ouverture des Championnats du monde 2017 d’athlétisme à Londres (4 au 13 août), la plupart des grosses pointures sont déjà sur place : le Jamaïcain Usain Bolt bien sûr, mais aussi Wayde Van Niekerk le champion olympique du 400 mètres qui emmène une délégation d’Afrique du sud particulièrement talentueuse et ambitieuse. Au point que les athlètes de la nation arc-en-ciel ont tout pour réussir un résultat d’ensemble historique.
Et pourtant… En 2007, à l’issue des Mondiaux d’Osaka, l’Afrique du sud est totalement absente du tableau des médailles. Pas la moindre breloque. Dix ans plus tard, elle semble néanmoins bien armée pour figurer dans le haut de ce tableau.
Son atout numéro un s’appelle donc Van Niekerk, le nouveau phénomène, sacré l’an passé champion olympique du 400 mètres à Rio, et visant cette année un doublé avec le 200 mètres. Il croisera sur cette distance son compatriote Akani Simbine, candidat à un podium, presque autant que sur 100 mètres où il avait atteint la finale des Jeux 2016.
Une place dans le Top 3 des nations ?
Deux médailles d’or possibles aussi pour Caster Semenya, engagée sur 1500 mètres et surtout souveraine sur 800 mètres. Elle vient de battre son record national.
Le saut en longueur masculin a également toutes les chances d’enrichir le bilan du pays. Les deux meilleurs performeurs de l’année sont sud-africains, Luvo Manyonga en tête. Certains lui promettent tôt ou tard le record du monde.
L’Afrique du sud peut légitimement envisager une place sur le podium des nations. Elle n’en était pas très loin aux Jeux de Rio. Elle peut même – à plus long terme - rêver d’un avenir radieux, elle qui a dominé le tableau des médailles des récents championnats du monde des moins de 18 ans.

vendredi 14 juillet 2017

Cédric Bakambu prolonge à Villarreal jusqu’en 2022

Cédric Bakambu. Photo Fecofa/Gérard-Désiré Angengwa

L’international congolais Cédric Bakambu a prolongé son contrat de deux années supplémentaires avec Villareal, club espagnol de première division. Il était sous contrat avec le «sous-marin jaune» jusqu'en 2020.
Selon le site Internet du club, Bakambu, surnommé «Bakagoal», est désormais lié avec la formation espagnole jusqu’en 2022.
Ancien de Sochaux (France) et Bursaspor (Turquie), il a été recruté pour 7,5 M€ il y a deux ans.
L’attaquant international congolais a posé ses valises au club en août 2015. Depuis, il a inscrit  22 buts en 2015-2016 et 11 buts en 2016-2017, précise le site de son club.
Aucune information n’a cependant filtré concernant une éventuelle revalorisation salariale du joueur.